LE RAPATRIEMENT DE LA DÉPOUILLE DE TSHISEKEDI RENVOYÉ SINE DIE

Partager cet Article

Auteur:

Après concertation avec la famille biologique, l’UDPS a décidé de reporter le rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi à une date ultérieure, car le désaccord persiste encore entre le gouvernement et l’UDPS.

Le rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi est renvoyé  à une date ultérieure, annonce l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) dans un communiqué daté du 10 mai. Cela s’explique par le manque d’harmonie entre le gouvernement et l’UDPS.

Quant au fait, le parti de l’opposant historique explique qu’il s’agit d’une décision prise en toute responsabilité  et  après concertation avec la famille biologique  du défunt. Cette décision vise aussi à faire échec au plan machiavélique du pouvoir d’engager le pays sur la voie de la violence au moment des obsèques de Tshisekedi.

La famille biologique du lider maximo, l’UDPS et le gouvernement ne s’accordent pas sur le lieu d’inhumation de l’opposant. Raison pour laquelle elle a résolu de l’inhumer au siège du parti. Toutefois, les autorités congolaises qualifient cette décision de non conforme à la loi sur les sépultures en RDC. Donc, il n’y a pas d’harmonie entre les autorités et l’UDPS.

 

Un  complot

Dans la même lancée, l’UDPS a également dénoncé la fermeture,  mardi 9 mai, par les forces de la police de son siège de Limete. « Cette décision est le résultat d’une cabale montée par le pouvoir en place qui tente par tous les moyens d’empêcher l’arrivée à Kinshasa de la dépouille d’Etienne Tshisekedi », à en croire l’un des cadres de l’UDPS.

Il sied de noter d’ailleurs que les autorités de Kinshasa ont réitéré leur refus d’inhumer Tshisekedi au siège de l’UDPS. Dans sa déclaration, le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, a indiqué que la proposition du secrétaire général de l’UDPS d’inhumer Etienne Tshisekedi au siège de son parti politique à Kinshasa n’est pas conforme à la loi. Pour cela, il a invité Jean-Marc Kabund au respect des prescrits de la législation en matière d’inhumation.

Dans cet ordre d’idées, André Kimbuta a cité l’ordonnance du 4 septembre 1909 sur les cimetières  dans les villages indigènes, l’ordonnance du 15 mars 1950 sur le service des inhumations et polices des cimetières, la police des cimetières et l’arrêté du gouverneur général du 16 mai 1907 sur les concessions de sépultures.

Ces textes soulignent que l’inhumation ne pourra avoir lieu que dans un terrain affecté aux inhumations. Aucune habitation ne peut être élevée à une distance inférieure à 50 mètres des cimetières. En clair, Etienne Tshisekedi ne peut donc pas être inhumé dans le quartier résidentiel de Limete, selon cette lettre du gouverneur de Kinshasa.

 

Pour rappel, le gouverneur de la ville de Kinshasa a demandé à l’UDPS de fournir les détails sur le plan de vol qui devra ramener la dépouille du président de l’UDPS, l’itinéraire à suivre par le cortège funèbre, la confirmation du lieu d’exposition ainsi que le programme définitif de l’organisation mise en place. Cela  en vue de permettre à la police de faire correctement son travail.

Commentaires clos