Tunisie: la francophonie prône une « coopération renforcée » pour l’emploi

Partager cet Article

Auteur:

L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) veut mettre en oeuvre une « coopération renforcée » avec la Tunisie, unique rescapée du Printemps arabe, a affirmé jeudi sa secrétaire générale Michaëlle Jean, citant notamment l’emploi, dans un pays miné par le chômage chez les jeunes.

Mme Jean effectue une visite officielle sur quatre jours lors de laquelle elle doit aussi évoquer le sommet de la Francophonie 2020 à Tunis, pour le 50e anniversaire de l’OIF.

« La Tunisie n’est pas seule » dans son chemin vers la démocratie, et doit trouver dans la francophonie « un espace de possibilités, avec une coopération renforcée », a déclaré la responsable à sa sortie d’un entretien avec le président Béji Caïd Essebsi.

La francophonie souhaite en particulier « s’associer à tous les efforts liés à la formation professionnelle, l’éducation dans les deux langues, l’arabe, le français, et c’est important car cela fait partie du patrimoine de la Tunisie », a-t-elle ajouté.

Michaëlle Jean a répété ce message lors d’une autre rencontre avec le Premier ministre Youssef Chahed: « Ce que nous voulons engager, (…) c’est un plan de coopération renforcée sur des axes d’un pragmatisme absolu. »

Six ans après la chute de la dictature, la Tunisie reste confrontée à la morosité économique et à la grogne sociale, en particulier parmi sa jeunesse, frappée par le chômage.

A Tunis, la secrétaire générale de l’OIF s’est par ailleurs entretenue mercredi avec les responsables d’une association de lutte contre les violences faites aux femmes. Elle a également présidé à l’ouverture de la deuxième édition de la « Rencontre des Journaux francophones édités dans le monde arabe ».

Elle se rendra vendredi à Sousse (est) puis rencontrera à Tunis la présidente de l’Utica (patronat), Wided Bouchamaoui.

Si la langue officielle de la Tunisie est l’arabe, le nombre de locuteurs francophones est estimé à quelque 6,6 millions, soit plus de la moitié de la population (environ 11 millions).

L’ancien président Habib Bourguiba est un des pères fondateurs de la francophonie institutionnelle, aux côtés notamment de l’ex-chef de l’Etat sénégalais, Léopold Sédar Senghor.

Tunis a récemment été désigné comme hôte du sommet de la francophonie en 2020, après l’Arménie en 2018.

L’OIF compte à ce jour 84 membres, dont 26 observateurs et quatre membres dits associés.

http://information.tv5monde.com/en-continu/tunisie-la-francophonie-prone-une-cooperation-renforcee-pour-l-emploi-177989

Commentaires clos