Recensement général de la population : Le Burkina Faso compte près de 14 millions d’habitants

0 commentaires Vu: 1124

La population du Burkina Faso croît de manière vertigineuse, demeure rurale et compte plus de femmes que d’hommes. D’emblée, c’est ce qu’on peut retenir des résultats provisoires du Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) de 2006, rendus public le 23 juillet 2007. En effet, la population du pays des Hommes intègres s’établit à 13 730 258 habitants. Elle est composée de 6 635 318 hommes et de 7 094 940 femmes, soit 94 hommes pour 100 femmes. Selon le RGPH 2006, les femmes représentent 51,7% de la population globale contre 48,3% d’hommes. Du dernier recensement (1996) à celui de 2006, il en résulte un accroissement annuel moyen d’environ 341 765 personnes. Aussi, de 5 638 203 habitants en 1975, la population est passée à 7 964 705 habitants en 1985 puis à 10 312 609 personnes en 1996 pour atteindre 13 730 258 habitants en 2006. Depuis 1996, la population augmente de 350 000 habitants environ chaque année. La répartition géographique de la population présente des inégalités selon les régions. Ainsi, la région du Centre renferme 11,1% de l’ensemble de la population. Elle est suivie des régions de la Boucle du Mouhoun (10,5%) et des Hauts-Bassins (10,3%). En revanche, la région des Cascades est la moins peuplée (3,8%), suivie dans l’ordre croissant par les régions du Sud-Ouest (4,6%) et du Centre-Sud (4,7%) de la population du Burkina. Les résultats provisoires du RGPH 2006, indiquent également, que 20% des habitants sont établis en milieu urbain soit un effectif de 2 766 383. Et 10 963 875 habitants soit 79,7% résident en milieu rural. Concrètement, quatre personnes sur cinq vivent en zone rurale. Selon le sexe, ils relèvent que 21% des hommes et 19,50% des femmes recensés vivent en milieu urbain. Par rapport aux régions, le Centre affiche le plus fort taux d’urbanisation (77,5%). Il est suivi par la région des Hauts-Bassins avec 34,7% de sa population totale. Ces deux régions abritent les deux plus grandes villes du pays, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Les populations de ces deux grandes villes enregistrent respectivement 42,7% et 15,7% de la population urbaine totale. Par contre, les régions du Sahel et de l’Est sont celles dont les populations urbaines sont les moins importantes avec respectivement 6,5% et 6,3%. Pour le directeur général de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), Bamory Ouattara, les agents de codification, de saisie et appariement sont à pied d’œuvre pour que les résultats soient disponibles en mars 2008. Quant au ministre de l’Economie et des Finances, Jean Baptiste Compaoré, il a précisé que le gouvernement attendait les résultats de ce recensement pour actualiser et améliorer les indicateurs permettant de mesurer les progrès réalisés dans la mise en œuvre du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté et des Objectifs du millénaire pour le développement. "En dépit de leur caractère provisoire, ces résultats sont d’une grande utilité. Car, les variables démographiques sont intimement liées aux questions de développement, particulièrement en matière d’élaboration, de la mise en œuvre et le suivi des programmes et projets de développement", a-t-il conclu. Le RGPH 2006 a coûté à l’Etat burkinabè et à ses partenaires plus de 8 milliards de F CFA.

Boureima SANGA
David BARTHES
(Stagiaire)

Pays:

Source:

Commentaires clos