Interview du Président Ben Ali à la revue libanaise Al Hawadeth : Démocratie : un choix irréversible

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

En effet, faut-il le rappeler, le Président Ben Ali s’est engagé résolument et volontairement à faire évoluer la vie politique bien avant la chute du mur de Berlin et l’effondrement du Pacte de Varsovie.

Visionnaire, le Chef de l’Etat n’a cessé, depuis le Changement, de multiplier les initiatives de dialogue, de consultation et de concertation en direction de toutes les forces politiques, sociales et associatives du pays.

Dans l’interview accordée à la revue libanaise Al Hawadeth, le Chef de l’Etat a rappelé, dans ce contexte, que «la promotion de la démocratie figure toujours au premier plan de nos préoccupations personnelles».

La consolidation du pluralisme, l’élargissement de l’aire de la participation aux affaires publiques, la promotion des droits de l’Homme et des libertés, le renforcement de l’édifice républicain, l’approfondissement du dialogue et l’ancrage de la culture démocratique représentent, en effet, un mouvement ascendant ininterrompu qui rythme la vie des Tunisiens depuis l’avènement du 7 novembre 1987.

Formé d’étapes qui se complètent et de séquences interactives dont chacune prépare le terrain fertile pour mieux amorcer la suivante, le processus démocratique tunisien se nourrit d’une vision présidentielle novatrice et hors du commun. Une vision qui se ressource dans le mouvement réformateur de la Tunisie et qui répond aux attentes profondes de notre peuple à la liberté, au progrès, à la stabilité et au mieux-être.

Loin de la précipitation, de l’improvisation et des recettes des modèles prêt-à-porter, le processus démocratique tunisien est mesuré, réfléchi, global et authentique. Un modèle inspiré des spécificités tunisiennes et de son legs civilisationnel et culturel qui a toujours été attaché autant à son identité qu’à son ouverture.

Les mesures prises depuis le Changement plaident pour l’émergence d’une vie politique évoluée et diversifiée.

L’instauration, pour la première fois dans l’histoire contemporaine de la Tunisie, du bicaméralisme, le renforcement de la présence des partis de l’opposition dans les conseils municipaux et régionaux, l’accroissement sensible de la présence féminine dans toutes les structures et instances institutionnelles, l’augmentation du financement accordé aux partis de l’opposition et la subvention par l’Etat de leurs organes d’expression, l’enrichissement du paysage médiatique, l’amendement du Code de la presse par l’abrogation du dépôt légal, l’ouverture de l’audiovisuel sur le privé, la consolidation du dispositif des droits de l’Homme et des libertés constituent autant d’initiatives majeures destinées à donner à la démocratie dans notre pays toute sa dimension historique.

Cette démarche novatrice où la liberté, la citoyenneté, la solidarité et le respect de la loi sont en parfaite harmonie et en totale symbiose avec une œuvre de développement qui concilie développement et démocratie, progrès économique et progrès social, liberté individuelle et respect de l’Etat de droit, a permis à notre pays d’édifier un processus pluraliste qui fait aujourd’hui école.

Processus toujours inachevé, la démocratie est une œuvre qui se consolide et se développe en fonction de la maturité de la société, de la responsabilité de ses acteurs politiques et de la capacité de son économie à résister aux revendications des uns et des autres.

La Tunisie, pays aux ressources naturelles modestes, a su, malgré une conjoncture internationale exacerbée par une mondialisation rampante et malgré une flambée sans précédent des prix des hydrocarbures, réussir progressivement à instaurer sa propre expérience démocratique.

La démocratie en Tunisie permet aujourd’hui, à tous, de s’exprimer en toute liberté dans le respect de la loi qui s’applique à tous.

La liberté ne connaît de limites, dans notre pays, que celles stipulées par la loi et la Constitution. En moins de deux décennies, la démocratie est aujourd’hui une réalité palpable et concrète que vivent les Tunisiens à l’échelle locale, régionale et nationale.

A l’occasion du 19e anniversaire du Changement, le Président Ben Ali a lancé un appel aux partis politiques, les invitant à présenter leurs propositions dans le cadre d’une réflexion sur le devenir de la Tunisie en ce début de siècle.

C’est que dans l’approche présidentielle, la Tunisie appartient à toutes ses femmes et à tous ses hommes qui n’ont d’allégeance qu’à la patrie et à elle seule.

«Nous entendons aller de l’avant pour la consolidation des attributs de la société pluraliste. C’est , donc, aux partis politiques de remplir leur mission…», souligne le Président Ben Ali dans l’interview accordée au journal libanais El Hawadeth.

La démocratie se construit dans le consensus, la pérennité et la patience. La démocratisation est un processus fragile qui se construit en fonction des réalités nationales objectives et qui nécessite du temps et du sacrifice pour la protéger contre toute forme d’extrémisme, d’abus ou de retour de manivelle.

Elle est un acquis précieux que chacun doit préserver jalousement pour mieux la promouvoir et la développer.

Cet appel solennel lancé de nouveau par le Président Ben Ali aux partis politiques pour mieux remplir leur mission est un témoignage édifiant quant à la préoccupation personnelle permanente du Chef de l’Etat pour asseoir de manière solide et irréversible le pluralisme en Tunisie.

Et si les Tunisiennes et les Tunisiens ne cessent actuellement d’exhorter leur Président Ben Ali à se porter candidat à la présidentielle de 2009, c’est pour poursuivre cette œuvre exaltante qui a fait de notre pays une nation émergente qui aspire légitimement à figurer parmi les grands de ce monde à la fin de cette décennie.

Pays:

Source:

Commentaires clos