Maurice : Le FMI prévoit une croissance de 6,5% à 7% pour 2007/2008

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

Le FMI prévoit une croissance de 6,5 % à 7 % de l’économie mauricienne pour l’année financière 2007/08, a annoncé hier le VPM et ministre des Finances, qui résumait les débats budgétaires à l’Assemblée nationale. Le ministre présentait un document obtenu fraîchement du FMI dans le cadre de l’Article IV examination de l’économie qui n’a, toutefois, pas été diffusé vu qu’il n’a pas encore été rendu public.

" Economic growth is responding to reform efforts ", souligne l’executive summary du rapport du FMI cité par Rama Sithanen. " La réforme associée à l’amélioration de l’environnement des affaires, à l’investissement et à la réforme fiscale a entraîné une croissance d’un niveau sans précédent. Economic growth has accelerated from 6,5 % to 7 % in 2007/08 ", indique le FMI.

" Growth is high, broad based, but especially strong in tourism, in banking, in construction, in professional services, in Financial services. Rising fiscal deficits as a result of reform and expenditure containment have brought down the deficits and public sector dept is continuing to decline ", poursuit le rapport.

Le FMI prévoit le maintien d’une croissance forte à moyen terme. Toutefois, le rapport tire la sonnette d’alarme contre des vents violents soufflant sur le plan international en raison de la hausse des prix des commodités, des produits alimentaires et de l’énergie. Le FMI constate également que la roupie s’est appréciée de 17 % durant l’année écoulée.

Interrogé ce matin à ce sujet, Rama Sithanen a observé qu’" encore une fois les spécialistes donnent raison au gouvernement ". " C’est grâce à la réforme, à l’ouverture économique, à la facilitation des affaires, au régime fiscal que la confiance est revenue. C’est cela qui nous a permis de tirer le pays d’une croissance de 2 % à une croissance de 6,5 % à 7 % ", a dit M. Sithanen, qui reconnaît que le FMI est " plus optimiste que nous sur la croissance ". Il souligne que le pays a connu une croissance équilibrée reposant sur six ou sept secteurs, notamment le tourisme, les services financiers et bancaires, la construction, les services, le développement foncier et la zone franche manufacturière.

Résumant les débats hier, le VPM et ministre des Finances a observé que Maurice a connu une trafic light economy. " La première année nous étions au rouge, la deuxième nous étions au jaune et nous sommes passés au vert à la troisième année. C’est le fruit de notre persévérance. Nous avons créé les conditions et l’encadrement nécessaires pour permettre aux entrepreneurs d’opérer. Ce qui nous a permis de sortir d’une tendance baissière pour mettre le pays sur la voie de la croissance ", dit-il.

Le ministre est revenu ensuite sur la baisse du déficit budgétaire et de la dette publique, sur la création d’emplois et la croissance dans différents secteurs de l’économie dont le sucre, la zone franche manufacturière et le textile ainsi que le tourisme. Pour ce qu’il s’agit des réserves étrangères, il a observé que ceux qui affirment que leur hausse de 30 semaines à 39 semaines n’est pas élevée ne tiennent pas compte qu’une réserve d’une semaine est aujourd’hui sensiblement supérieure à ce qu’elle était il y a trois ans. Il a voulu pour preuve que le prix du pétrole est passé de US $ 49 le baril à US $ 140 le baril. " N’était-ce la hausse des produits pétroliers et l’inflation des prix des produits alimentaires, les réserves auraient dû tourner autour de 45 semaines ". Il a aussi observé que le PNB per capita est passé de US $ 5 000 à US $ 7000 cette année.

Rama Sithanen a aussi répondu aux critiques à l’effet qu’il n’a pas dépensé l’argent prévu dans le budget de développement afin de réduire le déficit. " Ce n’est pas le cas ", dit-il, affirmant que Rs 9,7 milliards auront été dépensées au 31 juin 2008. A ce chiffre doivent s’ajouter les Rs 3 milliards prévues pour l’Éducation et pour Maurice Île Durable. Ce qui représenterait les dépenses consacrées au développement de Rs 13 milliards.

Concernant les subsides sur le riz et la farine, le ministre a demandé à la STC de ne pas payer de dividendes au gouvernement et de consacrer cette somme à la subvention du riz, de la farine et du gaz ménager. Il a également affirmé avoir demandé à AML de ne pas verser ses dividendes au gouvernement puisque le gouvernement doit allouer un milliard de roupies pour le développement aéroportuaire.

Concernant les unsollicited bid dans le cadre des projets PPP, M. Sithanen a soutenu que la transparence prévaudra.

Il a aussi annoncé la livraison prochaine de 533 maisons du type Firinga dont la construction a démarré en 2006.

Pays:

Commentaires clos