Brésil : électricité pour tous au cœur de l’Amazonie

Partager cet Article

Auteur:

Parce qu’il est trop coûteux pour les compagnies d’électricité de maintenir des lignes électriques dans les régions isolées et peu peuplées, de nombreux villages brésiliens n’ont pas accès à l’électricité. En créant Ideaas (Institut pour le développement des énergies alternatives et du développement durable), Fabio Rosa se donne pour objectif de leur faire parvenir un peu d’énergie. Une initiative qui essaime dans tout le pays.
Sites de l’action Rio Grande do Sul (Brésil)
Enjeux et objectifs Il est estimé que 25 millions de brésiliens (soit 5 millions de foyers) n’ont pas accès à l’électricité (source : David Bornstein, How to change the world, Oxford university press, mai 2003). En effet, le réseau électrique conçu pour alimenter l’industrie et les grandes agglomérations propose un prix de branchement prohibitif, ou bien ne parvient pas jusqu’aux villages isolés de l’Amazonie. Ce contraste entre campagnes et zones urbaines alimente un exode rural massif et accroît les problèmes de développement des grandes villes déjà surpeuplées. D’après une étude de Fabio Rosa, apporter l’électricité par un système traditionnel dans les villages isolés coûterait 7 000 US$ à chaque habitant soit huit ans de revenus de base pour un petit fermier (source : Passeurs d’espoir, Marie-Hélène et Laurent de Cherisey, Presses de la renaissance, 2005).
L’objectif principal de Fabio Rosa est de faire parvenir l’électricité, sans surcoût, dans les endroits reculés de l’Amazonie.
Actions et modalités Avec Ideaas, créé en 1992, Fabio Rosa développe deux projets différents. Le premier, plus technologique, est un système d’électrification à bas prix. Les installations électriques du Brésil remontent au temps d’une dictature où le système triphasé, puissant mais coûteux, était utilisé pour répondre aux besoins de l’industrie et du développement des grandes villes. Pour diminuer largement ces coûts, Fabio Rosa met en place un système monophasé (utilisation d’un seul fil au lieu de trois), certes moins puissant mais aussi beaucoup moins cher.
Le second système, « Luz Agora» (Lumière maintenant), a permis aux zones les plus isolées de générer leur propre électricité, grâce à un système de panneaux solaires installés sur les maisons. En louant ces panneaux, selon leurs besoins et leurs ressources, les habitants ont désormais accès à une électricité propre et renouvelable. L’argent précédemment investi chaque mois dans les énergies combustibles (essence pour les groupes électrogènes, bougies, gaz,…) est désormais réinvesti dans la location des panneaux solaires, sans surcoût. Le prix prend en compte l’installation et la maintenance. Si l’arrivée de l’électricité permet d’agrémenter le quotidien des fermes (eau chaude, télévision,…), elle permet surtout de démultiplier leurs activités.
Résultats Le système monophasé, développé par le scientifique M. Amaral, a permis à Fabio Rosa de faire baisser le prix d’accès à l’électricité de 7 000 US$ à 400 US$. Fort de ce succès, l’idée de Fabio Rosa a été reprise en 2003 par le Président Lula qui, à travers le programme "Lumière pour tous", a apporté l’électricité à 7,2 millions de personnes (source: agencia brasil, 22 janvier 2008).
Entre 2005 et 2008, le système de location de panneaux solaires sur la zone de Rio Grande Do Sul a permis à 180 foyers d’accéder à l’électricité soit environ 800 personnes. Cette innovation permet aux campagnes de redynamiser leur activité économique (les revenus des fermes sont augmentés de 200 à 400 %) et ainsi d’enrayer l’exode rural, voir même de provoquer le retour de certains. Ideaas estime qu’en apportant de l’énergie solaire à 52 000 personnes, on économiserait 9 millions de litres de kérosène, 4,6 millions de kilos de GPL, 46,4 millions de bougies de cire, 9,3 millions de piles, 23,2 millions de litres de diesel.
Zoom Fabio Rosa se penche en ce moment sur la création d’un centre pour transférer son savoir sur la génération d’énergie électrique. L’objectif est de transmettre son expérience aux entrepreneurs, associations, compagnies électriques, gouvernements ou institutions internationales, à travers des cours sur les différents modèles de commerce, de gestion, de technologie, de législation et de financement.
En savoir plus Fabio Rosa a été reconnu comme « social entrepreneur » par la Schwab Foundation, www.schwabfound.org.
Ashoka lui a décerné le prix Ashoka fellowship en 1989, www.ashoka.com.
David Bornstein, "How to change the world", Oxford university press, 2003.
Marie-Hélène et Laurent de Cherisey, "Passeurs d’espoir", presses de la renaissance, 2005.
Nom Fabio Rosa
Fonction Directeur de Ideaas
Téléphone +55 51 3501 6249
e-Mail fabrosa@terra.com.br
Site Web www.ideaas.org.br

Pays:

Source:

Pas de commentaires