Le gouvernement n’est pas neutre, critiquent les ONG

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

Plusieurs organisations de la société civile, dont le Comfrel, regrettent un climat politique tendu à la veille du scrutin.

La Ligue des organisations de la société civile, qui réunit notamment le Comfrel, l’Asian Network for Free Elections et le Cambodian Human Rights Action Committee, critique dans un communiqué de presse l’atmosphère préélectorale à deux jours du scrutin législatif.

Les ONG déplorent le « manque de neutralité » de la plupart « des membres du gouvernement, des autorités, des services d’ordre et de la police », qui « organisent des actions pour soutenir le parti au pouvoir contre les autres partis politiques. »

Les organisations de la société civile s’inquiètent aussi à l’approche de « la nuit des aboiements de chiens », nom donné à la nuit précédant le scrutin, pendant laquelle les partis politiques ont l’habitude de distribuer de l’argent ou des cadeaux pour convaincre les électeurs de voter pour leurs couleurs ou de s’abstenir d’aller aux urnes.

Par ailleurs, de nombreux cas de violence ont été répertoriés pendant cette campagne électorale, rappellent les ONG, qui dénombrent six cas de meurtres (avec un total de sept victimes) depuis le 26 juin. Outre l’assassinat du journaliste Khim Sambor et de son fils, six membres du PPC ont été tués (même si une des victimes est aussi revendiquée par le Parti des droits de l’homme).

Entre juillet 2007 et juin, 2008, quinze militants de partis politiques auraient été tués : sept membres du Parti Sam Rainsy, trois membres du Parti Norodom Ranariddh, quatre du Parti du peuple cambodgien et un du Parti des droits de l’homme.

Enfin, les ONG regrettent que le scrutin se déroule dans une ambiance marquée par la montée des tensions à la frontière thaïlandaise. « L’impasse militaire de Preah Vihear a attiré l’essentiel de l’attention des électeurs. Ramener leur attention vers les élections est absolument crucial », a estimé Thun Saray, président du conseil des directeurs du Comfrel, et président de l’association Adhoc.

A.L.G.

Pays:

Source:

Commentaires clos