Crise financière : Effets économiques adverses : Concertation JEC/GM pour des mesures urgentes

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

Le Joint Economic Council, l’instance coordinatrice des organismes du secteur privé, et les autorités gouvernementales collaborent étroitement ces jours-ci sur les mesures urgentes nécessaires à prendre pour amortir les effets adverses que peuvent avoir sur Maurice la crise financière internationale et le ralentissement de l’économie globale. C’est ce qu’ont laissé entendre, ce matin, Gérard Garrioch et Raj Makoond, président et directeur respectivement du Joint Economic Council (JEC).

Pour les dirigeants du JEC, face à la volatilité des marchés financiers et son impact sur les principales devises des partenaires commerciaux de Maurice, une action concertée pour protéger l’emploi et l’investissement, tout en tenant en ligne de compte le mouvement des prix, est nécessaire. Leur analyse fait suite à une réunion spéciale de la JEC lundi dernier pour étudier l’impact possible de la crise financière globale sur Maurice. Il a été constaté qu’en dépit du plan de sauvetage du secrétaire américain au Trésor, Henry Paulson, et l’approche concertée des pays comme la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne et l’Italie, les marchés financiers continuent à être très volatiles et plusieurs institutions financières en Europe et aux Etats Unis courent toujours des risques systémiques. La crainte d’une récession globale est réelle, souligne Raj Makoond.

Cependant, le JEC constate que le secteur bancaire mauricien est bien capitalisé et bien réglementé, avec un loan to deposit ratio variant entre 70% et 75%. " The financial system in the country is considered to be resilient and not subject, at present, to any systemic risk ", dit le JEC. " Aujourd’hui toutes les indications démontrent que la crise financière risque d’être plus profonde et plus longue et entraînera un ralentissement de l’économie mondiale. Déjà, le FMI prévoit une croissance réduite de 3,9% pour cette année contre une prévision de 5%. La croissance pour l’année prochaine sera de 3% ". " Cette situation aura un effet négatif sur nos exportations, sur le marché touristique notamment aux Etats Unis, en France, en Grande Bretagne et en Allemagne ", a dit M. Makoond. Par conséquent, les derniers mois de 2008 et l’année 2009 seront des moments difficiles pour le tourisme et les exportations de textiles, cela alors que le secteur sucrier, sujet à des baisses des prix est sous pression,. " Though the immediate impact on the offshore sector will be quite "mild", the medium and long term effect could be fairly negative. The ICT/BPO sector, however, could maintain its present positive trajectory ", indique le JEC.

Pour conclure, la direction du JEC a déclaré que cette instance du secteur privé travaille en étroite collaboration avec les autorités gouvernementales sur les mesures qui doivent être appliquées d’urgence, au niveau de Maurice, en vue d’accélérer les réformes, maintenir l’investissement, poursuivre la diversification de la base économique et maintenir le momentum de croissance économique durant la prochaine année, ce afin d’amortir l’impact adverse de la crise financière internationale et le ralentissement de l’économie globale.

Interrogé sur la politique monétaire, Gérard Garrioch a fait comprendre que devant l’action concertée de certaines banques centrales étrangères de réduire leur taux directeur afin de relancer la machinerie économique et devant la nécessité pour Maurice d’assurer la croissance, l’investissement et la création d’emplois, il serait peut-être souhaitable que le taux d’intérêt à Maurice soit aussi revu à la baisse.

Pays:

Source:

Commentaires clos