Opération épervier : Marafa, Mebara, Abah Abah, Olanguena…bientôt transféré au Sed

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

D’autres pénitenciers, à l’instar du bagne de haute sécurité de Yoko ou la prison de production de Mfou également cités.
Par Boris Bertolt, le 22 mai 2012
Depuis la dernière sortie de Marafa Hamidou Yaya, ancien ministre de l’Administration territoriale, le pouvoir panique. Jean Nkueté, Secrétaire général du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) a récemment tenu deux séances de travail avec son état major, afin d’envisager l’attitude à adopter par le parti et éventuellement la riposte. Ceci d’autant plus que Marafa Hamidou Yaya est également membre du comité central du Rdpc et du bureau politique. Mais c’est la «fouille spéciale» à la prison centrale de Kondengui le 19 mai qui augure véritablement de la stratégie que le pouvoir s’apprête à mettre en place.
Samedi dernier, la fouille a débuté aux alentours de 07heures 30 et s’est achevée vers 12 heures. Cependant, la fouille du quartier 13 bis, le quartier de Marafa Hamidou Yaya et de Zogo Andela a pris à elle seule près de deux heures de temps. Tout lui a été retiré. Selon nos informations, lorsque l’ex-ministre de l’Administration territoriale (Minatd) a demandé qu’on lui laisse au moins un stylo à bille, les policiers et gendarmes présents s’y sont énergiquement opposés.
Mais il y a peut-être encore plus grave pour Marafa Hamidou Yaya et Inoni Ephraïm. D’après des sources bien informées, le pouvoir de Yaoundé envisage sérieusement leur transfèrement et celui de Jean Marie Atangana Mebara, Polycarpe Abah Abah et Urbain Olanguena Awono soit dans les cellules nouvellement aménagées au Secrétariat d’Etat à la défense (Sed), soit à la prison de production de Mfou, ou encore, selon les prévisions de nos sources les plus alarmistes au bagne de haute sécurité de Yoko. Certaines sources allant même jusqu’à parler de transfèrement imminent, c’est-à-dire au cours de la nuit de lundi à mardi.
Une réunion s’est d’ailleurs tenue dimanche dernier à cet effet. Notre source précise cependant que pour qu’ils soient transférés à Yoko, il faudrait au préalable qu’une nouvelle ordonnance soit prise par un juge. Ce type d’ordonnance doit être prise au nom du peuple et ne concerne uniquement que les bandits de grand chemin où ceux ayant porté à la sécurité de l’Etat ou ayant attenté à la vie du président de la République.
D’où la piste du Sed ou de la prison de Mfou. Au Sed, notamment parce que de nouvelles cellules viennent d’y être aménagées, certainement dans l’attente de ces nouveaux prisonniers Vip. Y séjournent déjà depuis 14 ans, Thierry Michel Atangana et Titus Edzoa. Et depuis quelques années déjà, Ondo Ndong, ex-Dg du Feicom et Gilles Roger Belinga, l’ex-Dg de la Sic.
Mais le transfèrement de ces prisonniers se heurte à une disposition du nouveau Code procédure pénale, dont l’article 551 stipule que «toute personne détenue en vertu d’un mandat de justice est incarcérée dans une prison». Or le Sed n’est pas une prison.

Pays:

Source:

Pas de commentaires