Bénin / frais de justice :Le cerveau du réseau d’Abomey demande la clémence de la Cour

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

Quelle peine sera-t-elle infligée au sieur Jacob Zinsou, l’un des 99 présumés accusés de l’affaire des faux frais de justice criminelle, actuellement aux assises au tribunal de Cotonou ?
L’intéressé, en comparaissant hier devant la Cour, a davantage éclairé les juges sur la manière dont lui et ses complices faisaient du faux et usage de faux pour établir des frais de mémoire.

D’abord, il réclame la paternité de fausses écritures qui déterminaient les faux dossiers de frais de justice criminelle au niveau du tribunal d’Abomey. En effet, de 1996 à 2000, le sieur Jacob Zinsou imitait les signatures des magistrats pour émettre des titres de mémoires fictifs. Alors que l’intéressé n’est qu’un simple agent du tribunal. Il s’est fait plus précis en indiquant à la Cour que les mémoires qu’il établissait fictivement dépassaient largement ceux véritablement établis par les juges dont il reprenait les signatures. Dès lors étaient établies deux catégories de mémoires émanant de la même juridiction d’Abomey.
Dans une première catégorie, on retrouvait selon les propos de Jacob Zinsou des mémoires régulièrement faits au nom de vrais bénéficiaires et signés par les juges. Lesquels juges établissaient également des titres à l’intention de faux bénéficiaires. A côté de ce lot, indique Jacob Zinsou, qui portent les vraies signatures de magistrats, il y en a d’autres sur lesquels figurent les fausses écritures.
Ceux dont son réseau est responsable. A ce niveau, le sieur Jacob Zinsou avoue être la personne qui imitait la signature des juges. A la question de la Cour de connaître les noms de ces juges dont les signatures sont reprises frauduleusement, Jacob Zinsou a cité Bertin Sohou, Kpaki Nicolas et Fayomi. Quant à la fréquence de ces titres, l’inculpé indique qu’entre deux semaines son réseau arrive à établir en moyenne 15 mémoires à raison d’environ 450.000F Cfa chacun. Il ne s’est pas arrêté à ces aveux.
Ceux au nom de qui il établissait les mémoires sont autant les faussaires, les magistrats que d’autres présidents du tribunal de Abomey qui se sont succédé. Jacob Zinsou, a également cité ses complices : Cosme Gbétin et Raphaël Fanou Soglo, également poursuivis. Le nommé Gbétin Cosme est celui qui se charge d’acheminer les dossiers vers les recettes de perceptions pour percevoir. Et, aux dires de Jacob Zinsou, ces faux frais de mémoires sont perçus à Parakou et non à Abomey.
Mais pourquoi ne se faisaient-ils pas payer à Abomey ? L’inculpé déclare que c’est de peur d’être arrêté. Comme quoi à Parakou, aucun contrôle ne se faisait sur ces frais de mémoires.
Quant à Raphaël Fanou, c’est à son domicile que les dossiers étaient préparés. Les complices y ont installé une machine pour leur besogne.

Par ailleurs, une bonne partie des débats est consacrée à l’audition des caissières qui ont servi sous le receveur des finances Virgile Adango. Les déclarations n’ont fait que confondre ce financier, ancien directeur du Trésor public, après avoir servi à Parakou en qualité de directeur des Recettes de perception

Pays:

Source:

Commentaires clos