Côte d’Ivoire: directeur de la DST suspendu

0 commentaires Vu: 204

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

Depuis le lundi 1er mars, le commissaire principal de police Goi Ohoussou Benjamin, Directeur de la surveillance du territoire, est suspendu de ses fonctions. Comme nous l’a confirmé le ministre de la Sécurité intérieure (voir la déclaration du ministre), il s’agit bien d’une suspension de fonction et non d’un limogeage comme tend à le faire croire la rumeur. En attendant que l’affaire qui est à la base de cette décision soit élucidée, c’est le commissaire Obou Dapéa Madrice, sous-directeur de la sûreté de l’Etat, qui assure l’intérim. La passation des charges entre les deux hommes s’est faite hier après-midi à la DST.

Les faits reprochés au commissaire Goi Ohoussou sont d’une telle gravité qu’ils doivent être tirés au clair le plus rapidement possible. Il est vrai que le ministre qui a diligenté une enquête n’a pas pu nous en dire plus sur certains points importants. Il s’agit par exemple de savoir la provenance de cet avion transportant les 24 suspects et le nom de la compagnie qui l’a affrêté. Et puis, de quelle nationalité sont-ils ? La fouille de leurs bagages a-t-elle permis la découverte de quelques objets suspects? A-t-on trouvé des armes sur eux ? par ailleurs, question fondamentale : Pourquoi l’avion a-t-il atterri en violation de toutes les règles et consignes de l’aviation civile ? Que venaient faire les 24 individus à Abidjan en utilisant des subterfuges pour traverser les services de sécurité ? Pourquoi depuis qu’ils sont repartis pour une destination inconnue, n’y a-t-il pas eu de réaction officielle de leur part s’ils n’étaient pas en mission plus que suspecte à Abidjan ?

Signalons à cet effet qu’ils ont tous fait l’objet d’une détention avant d’être libérés. C’est ce qui a coûté la suspension au directeur de la DST.
En dehors des conclusions à venir de l’enquête en cours, l’autorité policière se refuse à tout autre commentaire. Mais tout porte à croire, qu’il doit s’agir effectivement de terroristes qui sont ainsi descendus à Abidjan. C’est pourquoi, tout doit être mis en œuvre pour que la lumière soit faite sur cette autre affaire.

Pays:

Source:

Commentaires clos