La petite musique de la Fédération Wallonie Bruxelles

Partager cet Article

Auteur:

Alors que chaque année, de nouveaux pays membres rallient l’organisation de la francophonie, qui devient la plus importante institution internationale après les Nations unies (sinon la concurrente du Commonwealth), la Belgique francophone est présente depuis la naissance de l’organisation. Cette année encore, le programme du ministre président Rudi Demotte atteste des priorités et des modes d’intervention de la Fédération Wallonie Bruxelles : la coopération bilatérale avec le Sénégal porte sur la conservation du patrimoine (à Saint Louis et sur l’île de Gorée, où sera restaurée la « maison de l’Amiral ») mais aussi sur des formations pratiques aux métiers de la restauration. En matière de cinéma aussi, la Belgique francophone intervient, soutenant le jeune cinéma sénégalais en matière d’équipement, de formations diverses mais aussi d’archivages : il apparaît en effet que les mesures d’austérité imposées par les institutions internationales ont obligé l’Etat sénégalais à se désengager du secteur culturel, ce qui a entraîné la perte de 70% du fonds cinématographique national, faute d’attention et de budget ! Ce constat a permis à Rudi Demotte, citant l’exemple de la Wallonie et de Bruxelles, de rappeler avec force que l’ « offre culturelle fait partie de l’économie, car elle est productrice d’emplois, génératrice de formations, d’échanges, d’équipements. Bref, elle représente une incontestable « valeur ajoutée »… » Un message qui parviendra peut-être aux oreilles du Premier Ministre Charles Michel, lui aussi arrivé à Dakar…
Mais au niveau de la francophonie, la Belgique fédérale doit se contenter d’un rôle de figuration : elle ne contribue en rien au budget de l’organisation, alors qu’avec 14 millions d’euros par an, la Fédération Wallonie Bruxelles représente le troisième contributeur, (derrière la France et le Canada) mais le premier en termes d’effort individuel, à raison de 3,5 euros par an et par habitant contre 1,03 pour les citoyens français. Cet effort soutenu au fil des années permet aux représentants de Wallonie Bruxelles de faire entendre, sans complexe, leur « petite musique » et de défendre les valeurs de leur communauté…

Pays:

Source:

Commentaires clos