Médias: mettre fin au harcèlement des journalistes au Niger

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

http://www.afriquejet.com/afrique-ouest/15677-medias-mettre-fin-au-harcelement-des-journalistes-au-niger.html

MFWA demande au Niger de mettre fin au harcèlement des journalistes – La Fondation des médias pour l’Afrique de l’Ouest (MFWA) a demandé au président, Issoufou Mahamadou du Niger, de mettre fin au harcèlement contre les journalistes par les agents de l’Etat.
Dans un communiqué obtenu, ce lundi à Dakar, l’organisme sous-régional de contrôle de la liberté de la presse invite aussi les Nigériens à réfléchir sur les moyens de remettre sur pied l’Observatoire Indépendant des Médias pour l’Ethique et la Déontologie (ONIMED) qui constitue un tribunal pour les pairs chargé de régler les délits liés aux médias.

L’appel de MFWA fait suite à de lourdes amendes infligées à deux journalistes dans cet Etat d’Afrique de l’Ouest.

Selon le communiqué, le 21 janvier, le tribunal de première instance de Niamey a condamné Souleymane Salha et Issoufou Oumarou Alzoum, personnel de « Le Courrier », un hebdomadaire indépendant, à payer 10,5 millions de FCFA, soit la contre valeur de 18.500 de dollars à titre de dommages à Ali Mariama El Ibrahim, ministre de l’Enseignement primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues nationales.

« De telles amendes sont énormes et tendent à contraindre les médias à faire de l’auto-censure, ce qui a un effet paralysant sur la liberté d’expression », a fait valoir MFWA.

L’organisme sous régional révèle que le procès fait suite à la publication le 7 août 2014 par « Le Courrier » d’un article intitulé « La consécration d’une tricherie à grande échelle », accusant la ministre d’avoir détourné un contrat de fournitures de livres scolaires estimé à plus de 500 millions de FCFA, soit la contre valeur de 881.484 dollars.

Suite à cette publication, la ministre aurait été convoquée par l’Assemblée nationale, le 5 novembre, pour répondre à une motion déposée par Mossi Boubacar, un député de l’opposition.

La ministre a, par la suite, déposé plainte pour diffamation contre Salha, le rédacteur en chef du journal et Alzouma, un journaliste.

Selon MFWA, les journalistes ont été reconnus coupables de diffamation et ont été condamnés à verser solidairement la somme de 10,5 millions de FCFA.

Les journalistes ont dit à MFWA qu’ils feraient appel de ce verdict.

« En novembre 2011, le président Mahamadou est devenu le premier chef d’Etat à adopter la Déclaration de la Montagne de la Table qui préconise l’abolition des lois sur la diffamation et l’injure publique et d’insulte en Afrique », note le communiqué.

Pana 03/02/2015

Pays:

Source:

Commentaires clos