Sécurité en Afrique : 35 Nations africaines collaborent avec les Usa

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

Un sommet militaire sur le thème «Entraîner la force pour un large spectre d’opérations militaires» s’est ouvert hier à Dakar avec comme objectif d’évaluer les nouveaux risques sécuritaires qui pourraient menacer les efforts de développement économique et politique du continent.

Dakar est la capitale des Armées de terre de l’Afrique depuis hier, avec la tenue du 3ème sommet des chefs d’Etat-major des Armées de terre d’Afrique. Organisée par le Commandement des forces terrestres américaines pour l’Afrique (Usaraf), en collaboration avec les Forces armées sénégalaises, la cérémonie d’ouverture a été présidée par James P. Zumwalt, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal et Augustin Tine, le ministre des Forces armées du Sénégal.

Tenu pour la première fois dans un pays francophone, ce rassemblement de dirigeants militaires illustre bien le dynamisme de la coopération militaire entre les Etats-Unis et les pays africains francophones, notamment le Sénégal. Sous le thème «Entraîner la force pour un large spectre d’opérations militaires», ce sommet, qui réunit des chefs militaires de 35 Nations africaines, a comme objectif de rapprocher les pays du continent afin de développer des stratégies, pour effectivement combattre les nouvelles menaces qui mettent en danger la stabilité et la prospérité de l’Afrique.

Au cours d’un point de presse en marge de l’ouverture de la cérémonie, le général de corps d’Armées, Mamadou Sow, a précisé qu’il «s’agit avec ce sommet, de créer un cadre d’échanges entre l’Armée de terre du Sénégal et les autres Armées de terre africaines, en partenariat avec l’Armée américaine. Cela, dans le but de créer un cadre d’échanges entre les différents chefs militaires».

Interrogé sur la question de la sécurité dans la sous-région, le général Sow a informé que «la conférence ne vise pas certains groupes comme Boko haram, mais parle des nouvelles menaces sur le continent africain».

Un autre point soulevé par le ministre de la Défense sénégalais pendant son discours, c’est l’importance de la coopération multinationale dans le cadre du maintien de la paix. «La coopération multinationale nous permet de maintenir la paix, lutter contre le terrorisme et le trafic de drogue, assurer la sécurité maritime et lutter contre des maladies comme le Vih/Sida et plus récemment, la fièvre hémorragique Ebola», a-t-il dit.

Pour assurer le développement d’une collaboration régionale et panafricaine, le lieutenant-général David G. Perkins a, quant à, lui insisté sur l’importance d’armées professionnelles et institutionnalisées. «Nous devons assurer l’institutionnalisation du soldat professionnel. Et pour cela, nous devons avoir des valeurs partagées qui pourront ensuite être transmises à une Armée professionnelle.»

L’ambassadeur américain, James P. Zumwalt, a soutenu que l’objectif de la conférence était non seulement d’assurer le développement militaire, mais aussi la stabilité et la croissance économique de l’Afrique. «Diplomates et soldats sont collaborateurs, tout comme l’Afrique et l’Amérique sont alliées. Nous partageons une aspiration de réussir à établir la paix, la sécurité, et la prospérité économique dans nos pays. Cela veut dire que nous allons fixer notre regard sur la paix et la sécurité, parce que nous savons tous que la paix et la stabilité sont nécessaires pour continuer la croissance économique de l’Afrique», a-t-il dit.

Pendant les prochains jours, les chefs d’Etat-major se rencontreront dans des ateliers pour partager leurs expériences militaires et établir des collaborations régionales et continentales avec le soutien des Forces américaines. Le sommet prendra fin ce jeudi, avec une cérémonie de clôture ou les chefs d’Etat-major présenteront leurs futurs stratégies et plans de collaboration.

 

PAYS SENEGAL

THEME INTERNATIONAL

AUTEUR LOUIS BONHOURE

SOURCE LE QUOTIDIEN

 

Pays:

Source:

Commentaires clos