Environnement : Les autorités se penchent sur un projet de protection du bassin du fleuve Niger

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

http://www.guinee360.com/2015/03/18/environnement-les-autorites-se-penchent-sur-un-projet-de-protection-du-bassin-du-fleuve-niger/

Dans le but de minimiser les risques liés à la destruction de l’environnement qui peuvent négativement impacter sur la vie des populations locales du bassin supérieur du fleuve Niger, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et les cadres du ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêts, ont lancé les activités de formulation du projet d’adaptation au changement climatique basé sur les écosystèmes.
Le fleuve Niger qui autrefois était navigable est en voie de disparition si on n’y prend pas garde pour sa sauvegarde, pourtant ce sont 9 pays qui se servent de ce fleuve.
Une cinquantaine d’experts locaux en matière de sauvegarde environnementale, vont réfléchir afin d’inverser la tendance pour préserver les conditions de vie des populations des préfectures de Faranah, Mandiana, Kissidougou et Kouroussa dans la haute Guinée, mais aussi multiplier les campagnes de sensibilisation de ces citoyens qui, à travers les travaux champêtres et les activités minières contribuent largement à la dégradation de l’environnement.
Les communautés de cette région de la Guinée vivant dans des zones qui font limite avec le sahel, subissent de plein fouet, les effets néfastes des changements climatiques dont l’extrême chaleur en est une illustration parfaite.
Selon les organisateurs, le projet adaptation au changement climatique basée sur les écosystèmes est le premier du genre en République de Guinée. C’est donc un projet inclusif qui regroupe trois conventions de Rio. Ce qui oblige le gouvernement guinéen à rendre compte à la communauté internationale sur les résultats atteints dans la mise en œuvre de ces conventions.
Présent à la cérémonie, le Directeur pays PNUD Guinée, Eloi Kouadio IV, a exprimé sa volonté de voir l’application des recommandations qui seront faites dans ce projet, avant de rassurer de l’engagement de son institution à rester auprès du gouvernement guinéen pour lutter contre les mauvaises pratiques liées à la destruction de l’environnement.
Plusieurs facteurs expliquent ces comportements dégradants des populations rurales dans la destruction de l’environnement. Tout d’abord les textes de lois qui protègent l’environnement ne sont pas vulgarisés suffisamment, ce qui fait qu’ils sont ignorés par les citoyens. Ce qui fait que beaucoup se livrent à des coupes abusives de bois, à l’abattage et la commercialisation des animaux protégés. Et pourtant la loi interdit ces pratiques.
Il faut noter également un manque de volonté politique de la part des autorités pour aider les agents des forêts, à bien faire leur travail sur le terrain pour traquer les braconniers notamment en moyens logistiques et financiers. La corruption des autorités en charges de la gestion des forets est aussi un autre facteur.
Par Amadou Diallo

Pays:

Source:

Commentaires clos