Sommet ouest-africain au Nigeria

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et l’Union africaine (UA) ont entamé jeudi à Abuja un sommet extraordinaire avec les acteurs de la crise politique au Togo avec pour premier objectif de rétablir le dialogue et la confiance entre les parties togolaises. L’opposition radicale a accepté de participer à cette réunion, qui se déroule au siège de la CEDEAO, parce que l’invitation émanait du président nigérian Olusegun Obasanjo, président en exercice de l’UA, ont précisé ses dirigeants, qui accusent de partialité l’organisation régionale. Les opposants ont l’intention de poser leurs conditions à la reprise du dialogue sur la constitution d’un gouvernement d’union nationale promis par Faure Gnassingbé, fils du président Gnassingbé Eyadéma, décédé le 5 février, et vainqueur il y a moins d’un mois d’une présidentielle contestée. Gnassingbé a été élu le 24 avril président du Togo avec 60,15% des voix contre 38,25% pour son rival et candidat de la coalition de l’opposition Emmanuel Akitani Bob, lors d’un scrutin marqué par des accusations réciproques de « fraudes massives ». L’annonce des résultats avait déclenché une vague de violences, notamment à Lomé, faisant plusieurs dizaines de morts et de blessés, selon des sources hospitalières et officielles. La Ligue togolaise des droits de l’Homme a évoqué près de 800 morts, chiffre qualifié de « ridicule » par les autorités. Le sommet doit tenter d’amener l’opposition et le Rassemblement du peuple Togolais (RPT, ancien parti unique toujours au pouvoir) à harmoniser leurs positions en vue de la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Pays:

Commentaires clos