Des entrepreneurs camerounais mettent sur pied une huile anti-moustiques

Partager cet Article

Auteur:

http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=20148

Par Anne Mireille Nzouankeu, AA – 06/05/2015

Connaissant les propriétés répulsives de la citronnelle, ces ingénieursbasés à Doualaont pensé à fabriquer une huile essentielle de citronnelle qui repousse les moustiques

Bien des Camerounais ont désormais une arme de plus pour combattre les moustiques et le paludisme, grâce au génie de certains de leurs jeunes compatriotes.

Selon les statistiques les plus récentes fournies par l’Organisation mondiale de la Santé, chaque année, près de 500 000 personnes meurent dans le monde des suites de paludisme. Au Cameroun, le paludisme est la première cause de mortalité des enfants de zéro à cinq ans et tue plus que le VIH/Sida.

Ce sont ces chiffres alarmants qui ont poussé un groupe de jeunes ingénieurs à Douala, capitale économique du Cameroun, à penser à une solution miracle contre cette maladie : Connaissant les propriétés répulsives de la citronnelle, ils ont pensé à fabriquer une huile essentielle de citronnelle qui repousse les moustiques.

Pendant plusieurs mois, les huit jeunes regroupés au sein de l’association non gouvernementale ,Gic Bellomar, réfléchissent à la machine qui pourra produire cette huile. La conception de la machine a duré six mois, une machine fabriquée en grande partie avec des matériaux de récupération. «On a pensé à une machine artisanale car la machine industrielle coûte cher», explique Daniel Tocksia, chef de laboratoire du Gic Bellomar rencontré par Anadolu à Douala.

Pour fabriquer cette huile, on coupe les feuilles de citronnelle, on les lave puis on les met dans un panier qui est lui-même logé dans une cuve. «On met le feu sous la cuve, plus loin il y a un récipient d’eau qui joue le rôle de réfrigérateur. Ce qui fait que l’huile sort fraîche et non chaude», dit Tocksia qui ne souhaite pas donner plus de détails sur le processus d’extraction de cette huile essentielle.

© compagnie-des-sens.fr
La jeune association recherche des financements pour créer un champ de citronnelle
La machine fonctionne depuis le début de l’année 2014 et le processus d’extraction dure environ une heure de temps. «On a choisi l’huile essentielle de citronnelle parce qu’en Afrique, il y a trop de paludisme lié aux moustiques. Or, avec l’huile essentielle de citronnelle, on peut faire du savon, ou on peut en mettre dans du lait de toilette», explique Tocksia. «En dormant ou en marchant on peut s’oindre avec cette huile. Comme elle a un pouvoir répulsif, elle chasse les moustiques. Du coup elle protège l’homme contre les piqûres de moustique et le met à l’abri du paludisme», conclu Tocksia.

L’huile de citronnelle est ainsi vendue depuis un an dans les marchés de Douala à des prix accessibles. Avec 1000 FCfa (1,5 usd) on peut s’en procurer une bouteille, note-t-il.

La jeune association qui se trouve derrière cette invention rencontre, toutefois, des difficultés d’approvisionnement. «Nous avons pensé à créer un champ de citronnelle. Nous recherchons encore des financements à cet effet. En attendant, nous achetons la citronnelle au marché», révèle Tocksia.

Au Cameroun, les autorités sanitaires font la promotion des moustiquaires imprégnées d’une substance qui repousse les moustiques. Seulement, beaucoup n’aiment pas dormir sous la moustiquaire. De plus, même en ayant une moustiquaire, on n’est pas protégé des piqûres des moustiques lorsqu’on est hors du lit. L’huile essentielle présente donc l’avantage de protéger à tout moment.

 

 

Pays:

Source:

Commentaires clos