Dialogue direct à Ouaga : La France entre dans la danse

Partager cet Article

Auteur:

Mots-clefs:

Mme Brigitte Girardin rencontre aujourd’hui Blaise Compaoré et demain, Laurent Gbagbo.

Le ministre français à la Coopération, au développement et à la Francophonie est attendu aujourd’hui à Ouagadougou. Selon un document que nous avons reçu, hier, du porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Mme Brigitte Girardin s’entretiendra avec le Chef de l’Etat burkinabé, Blaise Compaoré, président en exercice de la CEDEAO, sur les crises que l’organisation sous-régionale s’attelle à régler. Mais nul n’est dupe. «Il sera, en particulier, précise le document, question du «dialogue direct» entre le camp présidentiel ivoirien et les Forces nouvelles, mené actuellement à Ouagadougou, sous l’égide du Président Compaoré». Le porte-parole du Quai d’Orsay annonce aussi que Mme Girardin rencontrera le chef des Forces nouvelles, Guillaume Soro, dans la capitale du Burkina Faso. Puis demain, elle se rendra à Abidjan où elle aura une séance de travail avec le Président Laurent Gbagbo. Il précise dans son document ne pas avoir connaissance d’un message du Président de la France, Jacques Chirac, dont Mme Girardin serait porteuse à son homologue ivoirien.
A l’agenda du ministre français délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, d’autres rencontres sont prévues non seulement avec le Premier ministre Charles Konan Banny, mais aussi avec des leaders de l’opposition, particulièrement le président du RDR, Alassane Dramane Ouattara.
Comme on peut aisément le deviner, la France est entrée en scène. Partout, au cours de cette visite-éclair de Mme Girardin, il sera question de la résolution de la crise ivoirienne. L’Hexagone apporte ainsi sa touche aux derniers réglages du dialogue direct au moment où, ayant atteint sa phase décisive, il est menacé d’enlisement par des pesanteurs. Selon des sources proches du dossier, hier, les deux délégations de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire et des Forces nouvelles ont remis le rapport final et les recommandations au médiateur. Des documents qui restent à être restitués. Après cette restitution, chaque chef de délégation devra transmettre ce rapport à son mandant pour validation. Mais si Dacoury-Tabley Louis André consultera Soro Guillaume sur place, Désiré Tagro, lui, devra regagner Abidjan pour y rencontrer le Président Laurent Gbagbo. Le chef de la délégation présidentielle était attendu dans la nuit d’hier dans la capitale économique ou au plus tard, aujourd’hui. C’est pourquoi même si la date de demain reste encore plausible pour la signature des conclusions du dialogue direct commencé depuis le 5 février dernier, celle de vendredi paraît plus probable pour cet acte que tous les Ivoiriens attendent avec beaucoup d’impatience. On annonce que hier, le ministre burkinabé de la sécurité, Djibril Bassolé, a reçu le président de la Commission électorale indépendante (CEI), Mambé Beugré, et le Haut représentant des Nations unies pour les élections en Côte d’Ivoire, Gérard Stoudmann. La rencontre a porté sur le calendrier des élections.
A Abidjan, Mme Brigitte Girardin prendra également part à la treizième réunion du Groupe de travail international (GTI) qui se tient demain au siège de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) à l’hôtel Sébroko.
Pascal Soro

Pays:

Source:

Commentaires clos